Henri VOGT, le lycée se lance dans l’aventure 4.0

Henri VOGT, le lycée se lance dans l’aventure 4.0

La rentrée approche et le lycée Henri-Vogt se prépare à entamer une année riche en nouveautés. La révolution numérique couplée à la réforme du baccalauréat annonce une reprise mouvementée pour le proviseur Paul Robert Moreno et ses équipes.
Derniers points avec son équipe pour Paul Robert Moreno, proviseur du lycée Henri-Vogt. Il
retrouve ses enseignants pour une réunion de rentrée. Un ordre du jour chargé où il sera bien évidemment question de la grande mutation que va vivre le lycée : le passage au tout numérique. « C’est le lycée 4.0, une mutation voulue par la région Grand Est qui finance l’opération dans tous les lycées lorrains », expliquait hier matin Paul Robert Moreno avant que Denis Gabet, proviseur-adjoint, ne précise les trois étapes de cette mutation : un ordinateur portable à chacun des 750 lycéens commerciens, la fin des livres papier désormais numérisés et la connexion en Wi-Fi dans tout l’établissement comme à l’internat ; les travaux d’installation ayant été réalisés ces dernières semaines.
Autre dossier qui marquera cette rentrée, la réforme des lycées. « Notre lycée est un lycée
polyvalent avec une section enseignement général, une section technologique et une section
professionnelle. Ce n’est pas une mais bien trois réformes, une par section qu’il faudra mener à bien». Nouveaux programmes, nouveau bac et remplacement des filières (ES, L, S.) par des enseignements de spécialité. Le lycée en proposera huit parmi lesquelles les lycéens devront en choisir trois. « Le choix que nous proposons nous permet d’être très compétitifs », souligne Paul Robert Moreno.
• Faire face à la baisse démographique Il ne s’agit pas là d’une simple formule ! Comme les autres, le lycée de Commercy doit assurer lui-même sa promotion. « Par rapport à l’an dernier, globalement
nos effectifs sont stables », note le proviseur en précisant tout de même que si les sections pro et techno affichent complet, l’enseignement général est en légère baisse. « C’est la conséquence de la baisse de la démographie dans notre bassin de recrutement ». Pour y faire face autant que pour répondre aux attentes des élèves et de leurs parents, le lycée s’adapte. Cette année, il accueille une classe ULIS (unités localisées pour l’inclusion scolaire), destinée aux élèves en situation de handicap comme il en existe déjà au collège. Ou encore propose aux élèves des sections pro la réalisation d’un chef-d’œuvre à l’image de ce que fait le compagnonnage, « pour promouvoir l’excellence », souligne le proviseur.
• Les bons résultats des lycéens commerciens « Nos résultats à la dernière session du Bac sont excellents » se félicite le proviseur : 94,7 % de réussite pour l’enseignement général, 100 % pour lesfilières professionnelles, 81,8 % pour les filières technonologiques.

Est Républicain du 31/08/19

Laisser un commentaire

Résoudre : *
10 + 24 =


Fermer le menu